Le lâcher-prise ou comment se laisser tranquille

yoga_lacher_prise_sophie_bernaille

Partager cette publication

Lâcher-prise : au détour d’une discussion animée autour d’un parasol , je remarque qu’une fois de plus le terme agace, dérange bon nombre de personnes. Evoqué à tout-va dans les pratiques de développement personnel, on n’en peut plus de s’entendre dire de lâcher-prise ! « Lâcher quoi, d’abord? » « Et puis lâcher-prise, c’est facile à dire ! ». 

Le lâcher-prise, c'est quoi?

J’ai ouvert le dictionnaire pour chercher la définition officielle. Enfin presque, j’ai plutôt tapé larousse.fr dans ma barre de recherche et voici la définition trouvée : « Lâcher prise : abandonner ce qu’on tenait ; cesser l’attaque, renoncer à une action contre quelqu’un ». 

Que celui qui ne s’est jamais obstiné à en perdre toute son énergie lève le doigt ! « Abandonner, moi? Jamais ! ». En bonne obstinée, l’expression m’a assez rapidement parlé. Vouloir à tout prix atteindre des objectifs dont notre vie ne dépend pas, rester dans une situation qui ne nous convient pas, par peur du changement, de l’inconnu, du jugement…jusqu’ à l’épuisement ou pour certains même le burnout… voilà l’inverse du lâcher-prise !

Accepter que notre voisin ait une autre vision de la vie, que les choses ne se passent pas comme on veut. Arrêter de tout vouloir contrôler, parce qu’en réalité, on ne le peut pas. Peut-être est-ce cela, le début du « lâcher prise ». Arrêter de vivre en fonction des autres, de se rajouter du stress outre mesure. Se foutre la paix, en somme.

Alors pourquoi le terme dérange-t-il? Est-ce parce que c’est difficile, en réalité, de lâcher-prise? Est-ce une question de vocabulaire? Est-ce parce qu’on ne se rend pas compte, parfois, qu’on est accroché comme un koala à son arbre et que cela nous bouffe? 

" S'en battre les steaks"

Si ce n’est qu’une question de terminologie, peut-être peut on trouver quelques synonymes de lâcher-prise. Alexandre Jollien dans ses  » cahiers d’insouciance » évoque le « Couldn’t care less », CCL, ou tout simplement « s’en battre les steaks ». De ce que pense l’autre, ou de ce qu’on pense nous de nous-même. Se détacher ou même abandonner peuvent être de bonnes alternatives au lâcher-prise. Non, on n’est pas une poule mouillée quand on abandonne. Peut-être se libère-t-on, au contraire! 

Certains le font très bien naturellement ! mais si ce n’est pas votre cas, ne vous dites pas que c’est impossible. Parole de fille butée. 

Pourquoi est-ce si difficile de lâcher-prise?

Pour lâcher-prise, il faut d’abord avoir conscience qu’on est accroché. Pas évident ! On peut être accroché à une opinion, à une valeur, en ne comprenant pas que les autres puissent en avoir de différentes. Accroché à une situation de la vie personnelle, une organisation du quotidien. Avoir de bons amis peut être d’une grande aide, de ceux qui vont vous mettre face à vos petits démons.

Oui mais, si personne ne nous le fait remarquer?  L’éducation des enfants, les courses, le ménage : tellement de petites choses à lâcher au quotidien lorsque ça arrive même à nous pourrir la vie, et pourtant on tient bon ! Alors peut-être pouvez vous simplement vous poser vous même la question : suis-je attaché à des choses qui me pèsent et qui n’en valent vraiment pas la peine? De la plus insignifiante tâche ménagère que mon chéri n’a pas faite tel jour à 

Lâcher-prise, ça fait peur. Peur de se dire qu’on pourrait justement renoncer à des valeurs inculquées depuis notre petite enfance, ou peur de se détacher d’une chose, d’une personne, peur du vide, de ce qui pourrait arriver si… et si ça se passait bien? Et si justement se détacher, arrêter de lutter pour des idées, nous permettait de trouver beaucoup plus de paix intérieure, de sérénité?

 

Persévérer

yoga_lacher_prise_sallanches

Lâcher prise ne veut pas dire être un flan. Je peux bien sûr me battre pour mes idéaux, pour avoir la vie que je veux mener, ou pour que, de temps en temps, les choses roulent comme je le souhaite. Bien sûr certaines situations de la vie nous incitent à ne rien lâcher, bien sûr parfois il faut se battre. Lâcher-prise ne veut pas dire que l’on n’est pas persévérant ! Mais quand je me suis assez battue, que je n’ai plus d’énergie, que cette lutte n’a finalement peut-être plus de sens ou qu’elle joue sur mon intégrité morale ou physique ou sur celle d’un proche, alors peut-être est-il temps d’arrêter.

Faire confiance en la vie

Et si lâcher prise n’était qu’une histoire de confiance en soi et en la vie? En lâchant prise, en abandonnant, en me détachant, je me rends compte que malgré tout, ça se passe bien ! Que d’autres choses peuvent se présenter à moi, qui me correspondent peut-être mieux ! J’accepte aussi que tout ne se passe pas toujours comme je l’imaginais.

Le lâcher-prise, peu importe la façon dont on le nomme, nous met face à nos doutes et nos peurs. Petit à petit, d’abandons en détachements, on accepte finalement la vie comme elle est. Ce n’est pas facile, ça n’arrive pas forcément autant qu’on le souhaite, mais quand c’est le cas, qu’est-ce que ça fait du bien !

Découvrez le lâcher-prise grâce à mes cours de yoga  !

Plus à explorer

yoga_montagne_art_chamonix
Stage

Stage Art & Mouvement en montagne

Le weekend du 13 et 14 août, rejoignez nous pour un moment hors du commun en altitude ! Rendez-vous au refuge de la Thuile, au